Lifestyle

Comment ne plus jamais être pris pour un pigeon

Cher lecteur,

J’ai toujours aimé les 1er janvier.
En principe, les gens se remettent difficilement de la soirée de la veille.
Tout est arrêté. Le monde est en mode « pause » pour quelques heures.

J’en profite toujours pour m’isoler et sereinement
– faire le bilan de l’année écoulée
– poser définitivement sur le papier mes objectifs pour l’année à venir.

 

Une de mes meilleures résolutions

Si je vous explique cela, c’est parce qu’un des plus grands pas en avant dans ma vie a été fait un 1er janvier.

Nous sommes tous confrontés à des choses à faire. Et parfois nous n’avons pas envie de les faire. Mais dire « non » est parfois difficile. Alors nous les faisons quand même.

Un jour, je demandais un service à un voisin, il acceptait, et je terminais très sincèrement en lui disant « mais vraiment, si vous ne pouvez pas ou ne préférez pas, il n’y a aucun souci, je comprendrais, ce n’est pas grave ».

Sa réponse m’a frappé comme un coup de poing en plein visage.
Il m’a dit « ne vous inquiétez pas, quand je n’ai pas envie de faire quelque chose, je ne le fais pas ».

J’étais sous le choc. Cette phrase était tellement simple. Tellement claire et limpide. Pourtant, je ne l’appliquais pas. Personne ne l’appliquait.

La différence entre un ordre et une demande

1 / les ordres

J’ai constaté la chose suivante. Il y a d’abord les ordres. Ce sont des choses, que nous n’avons pas forcément envie de faire, mais que nous devons quand même faire.
Par exemple, lorsqu’un policier vous demande de vous ranger sur le bas-côté de la route. Nous n’avons pas envie de le faire, mais nous le faisons quand même.
Ou quand votre patron vous demande de faire quelque chose.
Nous le faisons car nous avons passé un contrat.

Dans le cas de la police, nous acceptons de respecter les lois car en échange nous avons l’assurance que les autres aussi vont les respecter, et que ceux qui ne les respectent pas seront punis. C’est un contrat social, et si on ne le respecte pas, on va en prison.

Dans le cas du patron, nous avons signé un contrat de travail. Nous acceptons d’obéir aux ordres car nous recevons une rémunération pour cela. Si on ne respecte pas le contrat, on est licencié.

Je vous encourage bien sûr à respecter ces ordres légitimes.

2 / les demandes

Les demandes ne sont pas des ordres.
Et la différence est que nous pouvons refuser une demande.

Si un ami vous demande si vous pouvez l’aider pour son déménagement, il s’agit d’une demande.
Vous pouvez dire oui.
Vous pouvez dire non.

Si une personne formule une demande, mais qu’elle ne tolère pas le refus, c’est qu’elle ne formulait pas une demande.
Elle formulait… un ordre.

A vous de voir si cette personne a une légitimité pour vous ordonner quelque chose.
Si un ami vous demande si vous pouvez l’aider pour son déménagement le week-end prochain, à suer à transporter des boites en carton et des meubles, par une chaleur écrasante, alors que vous avez eu une dure semaine et que vous pourriez faire mille autres choses.
Et qu’il ne tolère pas le refus.
Cela signifie que cet ami vous ordonnait de venir.

De quel droit ?
Est-il vraiment votre ami ?

 

Ma résolution du 1er janvier suivant…

…a donc été de ne plus jamais faire quelque chose que je n’avais pas envie de faire, lorsque je n’étais pas obligé de le faire.

J’ai découvert une nouvelle vie.

Une vie dans laquelle bien peu de personnes pouvaient me donner des ordres.
Et je me suis débarrassé automatiquement et sans efforts des personnes qui pensaient pouvoir me donner des ordres.

Je vous assure que l’on se sent plus léger.

 

Comment refuser sans blesser.

C’est en réalité assez simple.

Pour commencer, il ne faut jamais se justifier. Vous n’avez pas à vous justifier.
Vous déclinez poliment, en regardant la personne calmement bien en face.

Toutefois, si vous tenez spécialement à être bienveillant vis à vis de la personne, il suffit, juste après votre refus, de faire une contre-proposition.

Par exemple :
– Demande : samedi après-midi midi je vends mes vieilles affaires sur une brocante. Est-ce que ça te tenterait de venir m’aider ?
– Réponse : non, en revanche veux-tu passer dîner à la maison samedi soir ? Tu auras besoin de repos et d’un bon repas après une telle journée.

Si une personne vous demande de vous justifier. Ne le faites pas. Vous n’avez pas à vous justifier.

Mais appliquez le pour vous aussi.

Mettez les autres à l’aise lorsque vous leur demandez quelque chose. Ils sont libres de refuser.
Vous ne pouvez pas exiger de quiconque qu’il vienne sacrifier un week-end pour vous aider à déménager. Vous pouvez demander de l’aide, mais si certains refusent, ne leur en voulez pas. C’est leur droit.
Si personne ne vient, débrouillez-vous puis invitez les tous à dîner.

A l’inverse, choisissez soigneusement les personnes à qui vous demandez un service. Car un service se rend.

Je rends volontiers service lorsque je le peux. Car aider et donner sont les choses qui rendent véritablement heureux.
Guillaume
Objectif Libre et Indépendant

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Comment ne plus jamais être pris pour un pigeon"

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
Géraldine
Invité
Géraldine

J’ai entendu un jour cette phrase, ce fut un déclic, un “guide” pour la suite :
“L’égoïsme, ce n’est pas de penser à moi, c’est de vouloir que les autres pensent à moi”.
J’expérimente timidement encore cette voie un peu difficile à emprunter, mais quel bénéfice ! Aussi bien du point de vue de celui qui demande que de celui à qui l’on demande.
C’est au départ plus facile avec les personnes que l’on connaît peu. “Rééduquer” les proches est plus délicat, mais non impossible.

Jolyanne Brault
Invité
Jolyanne Brault

J’ai apprécié l’article, merci! ?

L'équipe
Admin
L'équipe

Bonjour Jolyanne,

Merci beaucoup et à bientôt !

L’équipe Objectif Libre et Indépendant

Elie
Invité
Elie

Bonjour
J’aimerai que Guillaume me rende un service
Je suis membre du club des investisseurs Immo et membre du nouveau club ETF
on m’a parlé d’un autre club concernant l’immobilier à l’international
Mais avant d’adhérer j’aimerai connaître ce que contient le dernier numéro relatif au Canada
Si ce n’est pas possible je comprendrais
Cordialement

L'équipe
Admin
L'équipe
Bonjour Elie, Merci beaucoup pour votre message ! Le Club Immobilier International est basé sur le partage d’informations exclusives et l’avis d’experts sur l’investissement immobilier à l’étranger. Si vous cherchez à diversifier votre patrimoine et à doper votre rentabilité, ce Club est fait pour vous ! En tant que membre du Club Immobilier International, vous recevrez chaque mois une publication inédite sur un pays en particulier. Pour toute inscription, vous recevrez également deux dossiers cadeaux sur le financement et l’imposition des investissements immobiliers à l’international. Chaque numéro mensuel porte sur une destination en particulier et contient : 1 – Une présentation détaillée du pays 2 –… Read more »
Selva
Invité
Selva
Je peux témoigner des immenses bienfaits de s’autoriser une telle franchise. Quelle libération de pouvoir refuser sans la peur de ne plus être aimé!… (Certainement la raison fondamentale de ne pas s’autoriser le refus, et pourtant une si grande preuve d’amitié profonde et de respect de se l’accorder mutuellement !). J’aimerais souligner deux autres aspects très importants (je résume): – Quand on se force à accepter ce qu’on a tant de raisons de ne pas faire, (pas envie, trop de fatigue, trop déplaisant etc…), remarquez-le, cela finit toujours par engendrer un conflit dans la situation ou avec la personne, parce… Read more »
ELIAS
Invité
ELIAS

Excellent article
Excellent leçon
Excellent moral
Excellent Guillaume

Mille fois Merci

Michel Wroblevski
Invité
Michel Wroblevski
Bonjour, la série de comportements que vous évoquez (rendre services ou s’abstenir) fait partie d’un comportement plus général qui est de savoir dire NON. Ce qui relève plus de la psychologie appliquée. l en est de même pour les ordres que pour les demandes, dans les 2 cas nous devrons supporter les conséquences de notre refus. Dire “Non” à un ami pour l’aider à son déménagement impliquera peut-être qu’il ne nous rendra pas la pareille ou que l’on perdra sa relation avec lui. Dire “Non” à un patron engendrera peut-être un avertissement ou un renvoi. De même lorsqu’il s’agit d’un… Read more »
Valentin Thilmont
Invité
Valentin Thilmont

Bonjour,

Voilà une très belle et enrichissante leçon à partager.
Merci pour ce partage.

Valentin

Nobilia Corbellini
Invité
Nobilia Corbellini

Bonjour vous avez omis les parents : à force , ils conditionnent ou formatent leurs enfants. Qui ne savent pas dire non.
Salut ations.