Immobilier

Les secrets de votre conseiller bancaire

Cher lecteur,

« Banquier ». Voilà un mot qui en impose.
C’est sérieux. C’est prestigieux. C’est même intimidant.

Mais lorsque l’on pousse la porte de son agence bancaire, c’est surtout un « conseiller bancaire » que l’on rencontre.

On a tendance à prendre le conseiller bancaire pour un professionnel de l’immobilier.
Mais chuuuut : ce n’est pas DU TOUT un professionnel de l’immobilier !

 

Un conseiller bancaire est un commercial

Il est chargé de gérer une clientèle et de lui vendre des choses.

Il recrache le discours commercial que le siège lui fournit sur les plaquettes cartonnées qui se trouvent sur son bureau, ou qu’on lui explique en formation.

On lui demande de « vendre » 50 produits (cartes bancaires, assurances, placements) comme on demande à un vendeur de sandwich de vendre 50 « jambon-fromage »…

 

Lorsqu’il remplit un dossier de prêt

Il a un logiciel. Il entre vos données. Il complète, il remplit. Puis soit c’est vert, soit c’est rouge. Et de toute façon ça doit être validé par quelqu’un.

Il ne prend au final pas vraiment la décision (sauf pour les opérations situées sous un certain seuil). Il met plus ou moins de bonne volonté, en fonction du feeling qu’il a avec le client, et en fonction de sa motivation.

Certains aiment beaucoup faire des dossiers de crédit immobilier, d’autres détestent cela.

 

Il ne va pas comprendre

Si vous lui parlez d’immobilier comme à un spécialiste, il ne va pas comprendre.

Il ne connait pas grand-chose à l’immobilier. Encore moins à l’indépendance financière.

Il fait des dossiers de crédit toute la journée, mais lui-même n’a probablement jamais réalisé un investissement locatif.

 

Il parle un autre langage

Mieux vaut toujours s’adapter à son interlocuteur. Il se moque du fait que votre investissement présente « un cash-flow explosif ». Il préfère largement que vous lui demandiez une nouvelle assurance.

Il se méfie si vous lui parlez d’indépendance financière. Il préfère entendre que vous venez d’être augmenté au travail.

Il ne sait pas que transformer une maison de ville en colocation permet de doubler le loyer. Pour lui, tout cela, c’est des problèmes. Il préfère entendre que vous allez habiter là avec votre famille.

 

Pire : il peut vous induire en erreur

Des conseillers bancaires vont vous soutenir qu’il est totalement impossible de trouver des biens dont les loyers sont supérieurs aux mensualités de crédit.

D’autres vont vous recommander de faire un crédit très court afin de rembourser votre investissement au plus vite.

D’autres vont vous dire qu’il est impossible d’investir si vous n’avez pas d’abord acheté votre résidence principale.

Enfin, ils risquent de vous conseiller de renoncer à votre investissement dans l’ancien car ils ont justement « un très bon programme neuf en défiscalisation à vous proposer… » En partenariat avec la banque bien sur.

Et le drame c’est que beaucoup d’investisseurs potentiels renoncent après avoir entendu « leur » conseiller leur dire de telles âneries.

Il y a une question que vous devez toujours poser à votre conseiller avant de commencer à monter un dossier.

Il y a une façon de présenter les choses pour maximiser vos chances d’obtenir votre crédit.

Tout cela est réuni dans le guide Investisseur Immo Pro, dont la présentation est disponible ici

 

Guillaume
Objectif Libre et Indépendant

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Les secrets de votre conseiller bancaire"

Me notifier des
avatar
wpDiscuz