Immobilier

Financièrement libre à 24 ans : l’exemple d’Arnaud

Cher lecteur,

Comme vous, Arnaud est lecteur d’Objectif Libre et Indépendant.

Il a 24 ans, habite en Rhône-Alpes, travaille dans la téléphonie et gagne 1.450 euros nets par mois.
Sans entrer dans les détails, son patron lui rend la vie impossible, et il a vite compris qu’il ne pourrait pas continuer ainsi longtemps.
Il souhaite au plus vite avoir assez de revenus alternatifs pour ne plus dépendre de quelqu’un et profiter pleinement de sa vie. Lorsqu’il m’a contacté, il avait en tête une stratégie d’investissement qu’il n’a heureusement pas eu le temps de mettre en place.
Il voulait acheter un bien avec un crédit très court (6 ou 7 ans) et le rembourser au plus vite en y mettant toute son épargne et chaque centime qu’il pouvait économiser.

Je lui ai expliqué qu’il ne devait surtout pas faire cela.

Ayant un peu peur de s’endetter pour un grand nombre d’années, je lui ai conseillé de se faire la main avec des garages.
Les garages présentent en effet les intérêts suivants :
– Pas (ou très peu) de travaux
– Pas de problèmes avec les locataires (ce ne sont pas du tout les mêmes règles que pour les appartements)
– Des sommes moins importantes donc des risques moins importants
C’est un moyen peu risqué de se familiariser avec l’investissement.

5 visites

Après quelques semaines de recherches et 5 visites, Arnaud a trouvé un bien qui paraissait intéressant :
En plein centre d’une ville de taille moyenne, un garage et trois (grandes) places de parking.
Les 4 emplacements sont occupés :
– Le garage est loué à un artisan qui y stocke son matériel
– La première place de parking est louée par une personne qui fait les marchés et qui gare sa longue camionnette
– La deuxième place de parking est louée par un habitant du quartier
– La troisième est occupée par un camping-car
L’intérêt des grandes places est qu’elles sont très recherchées car rares.
Le propriétaire actuel, propriétaire depuis toujours, souhaite s’en séparer car il va poursuivre sa retraite au Portugal.

Les chiffres !

Voici l’offre :
Prix de vente : 45.000 euros
Loyers :
garage : 125 euros / mois.
Places : 75 euros / mois chacune.
Taxe foncière : 420 euros / an.
La rentabilité nette est donc de ((125×12) + (75x3x12) – 420) / 45.000
Soit 8,4 %.
Bien, mais pas top. Il faut donc… négocier.

Pas un centime de sa poche

Après quelques discussions, Arnaud a fait une offre ferme à 30.000 euros.
Un peu juste pour le retraité, qui souhaite toutefois aider Arnaud à mettre le pied à l’étrier.
Vendre son bien à un jeune homme qu’il apprécie le rassure et lui fait plaisir. Il fait donc une contre-proposition à 32.500 euros.
C’est signé !
Arnaud a demandé à sa banque un financement intégral : le prix d’achat + les frais de notaire (3.420 euros).
Le financement est de 35.920 euros, sur 20 ans pour une mensualité de 162 euros.
Arnaud ne prend pas de gros risques. Même si ses 4 places sont vides, il pourra sans problème faire face à la mensualité.

Le bilan

Arnaud vient de signer. Il est à présent propriétaire d’un petit bien qui lui rapporte 4.200 euros par an.
Et qui ne lui coûte que 1.944 euros par an de crédit et 420 euros par an de taxe foncière.
Arnaud perçoit donc 350 euros par mois et paie 197 euros par mois tout compris.
Ce qui lui fait un bénéfice de 153 euros par mois. Un premier petit pas vers la liberté.

D’autant plus que tous les mois, Arnaud rembourse le bien. En plus des 153 euros cash qu’il touche, son patrimoine augmente. Un jour il pourra revendre son bien et encaisser directement une jolie somme pour un investissement de… De rien du tout…

Pensez-vous qu’Arnaud en a assez ?

Cette première expérience réussie lui a donné confiance. Il souhaite à présent renouveler l’opération, mais avec des montants plus importants.
Son but : un bien qui lui rapportera 1.000 euros de cash par mois.
Si cela fonctionne, et il n’y a aucune raison que ce ne soit pas le cas, Arnaud aura acquis son indépendance financière en un an !
Il ne sera pas « riche » au sens commun du terme, mais il ne sera plus dépendant de son patron.
Un beau départ dans la vie quand on sait qu’en France la moitié des personnes gagnent moins de 1.500 euros par mois.
Arnaud gagnera presque autant que la moitié des français, mais de manière automatique, à même pas 25 ans !

Arnaud est une personne comme vous et moi…

Mais il a rendu les choses possibles grâce à sa capacité à se former et à agir.
Comme Arnaud, il est temps d’agir !

Guillaume
Objectif Libre et Indépendant

PS : je remercie Arnaud qui m’a fait confiance et m’a laissé détailler ici son premier investissement. Le premier d’une belle série !

Poster un Commentaire

66 Commentaires sur "Financièrement libre à 24 ans : l’exemple d’Arnaud"

Me notifier des
avatar
wpDiscuz